Aller au contenu
Forum-cetogene.com

olivier

Membres
  • Messages

    9
  • Inscription

  • Dernière visite

Popularité sur la communauté

0 Neutre

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. @Nina Pourriez vous me rediriger vers ces blogs, qui sont les membres fondateurs en question?
  2. @Nina Ok donc juste au cas où, ce que je voulais ou voudrais vous dire c'est de prendre à la légère les relevés de cétones et glycémie, car il n'est pas clair qu'elles seraient les bonnes fenêtres/bornes et puis probablement que ça dépend du métabolisme de chacun. Je parcourais un forum US, tout le monde parle de 0.5 mmol/L de cétones pour le seuil de la cétose. Donc si vous avez des problèmes spécifiques qui sont adressés par S. Person, d'accord. Cependant, il faut peut-être prendre avec des pincettes les fenêtres de cétones et de glycémie qu'elle indique. Car sinon selon ses critères de nombreux cétovores ne seraient pas céto-adaptés. Sur le net, on trouve beaucoup de discussions sur la chasse aux cétones et pourquoi ce serait une lubie inutile. Et ils ne parlent même pas de la glycémie. Bref, pour ma part j'essaie d'adopter une approche critique, douter, trial&error plutôt que d'adhérer à des dogmes. Personnellement ma glycémie est plutôt aux alentours de 5 mmol/L. Donc je ne serais pas céto-adapté? Je ne sais pas. Peut-être qu'un jour je changerai quelque chose et que je péterai la forme avec des taux sanguins dans les clous. Ou peut-être que mes taux sanguins sont déjà dans une zone optimale pour moi? Je ne sais pas.
  3. olivier

    Chrisdu84

    La consommation de protéines c'est plutôt basé sur la masse maigre. Peut-être que certains ici te diront que 125g c'est trop mais je n'en suis pas convaincu. Normalement la seule chose à vraiment s'inquiéter c'est de baisser les glucides et il faut faire attention aux produits industriels. En fait, en pratique il vaut mieux supprimer les produits industriels. Je pense que puisque tu as de faibles cétones, c'est signe d'une éventuelle mauvaise implémentation du régime cétogène, et donc il serait bienvenu de compter tes grammes de glucides. Les glucides dans les fromages et légumes: certains fromages ont pas mal de glucides, et certains légumes ont beaucoup de glucides. Avant de consommer un légume il faut regarder son nombre de grammes de glucides pour 100 grammes. Je ne suis pas sûr qu'une faible glycémie veuille dire qu'on n'a une consommation suffisamment pauvre en glucides. En effet, il est tout à faible possible pour n'importe qui qui ne suit pas le régime cétogène d'être en hypoglycémie le matin à jeûn. Je pense que c'est bien la cétonémie qu'il faut regarder, car en début de régime céto il me semble qu'en général ça devrait décoller un peu plus que 0.7 mmol/L. Après si la consommation de protéines est importante alors la cétonémie est faible. A noter que le fromage contient beaucoup de protéines, qu'il faut donc prendre en compte. Personnellement au début je consommais beaucoup de protéines et parfois lors d'abus je pouvais descendre à 0.5 mmol/L. Ensuite j'ai décidé de réduire drastiquement les protéines et direct ma cétonémie a fortement augmenté. Moi ce que je fais maintenant pour composer mes repas c'est: 1) plâtrée de légumes low-carb 2) assaisonnement avec du gras (beure, huiles) 3) pièce de protéine de taille raisonnable 4) sel et condiments Pour être sûr je ne dépassais pas 25 gr de protéine par repas, mais a posteriori c'était peut-être pas la peine. En ce moment je suis en train d'augmenter raisonnablement mes protéines car c'était peut-être un peu faible et préjudiciable à la perte de gras (car avec davantage de protéines j'arrive à satiété plus rapidement). Cela fait quelques jours que je fais ça et je ne constate pas de changement dans ma cétonémie et ma glycémie.
  4. @Nina Tu penses ne pas être fat-adapted. Ce qui impliquerait que tu n'es pas capable de brûler ta masse graisseuse pour te fournir en énergie. Est-ce vraiment le cas, tu es donc dépendant de l'apport alimentaire pour obtenir ton énergie? J'ai pensé avoir lu plutôt le contraire de ta part. @Anne Concernant la contradiction: (1): les protéines sont très indiquées pour la sèche (2): la croyance en ce qu'un apport important en protéines fait grimper la glycémie et fournit via la néoglucogénèse un carburant (glucose) suffisant pour le corps qui n'a donc plus de raison d'utiliser ou apprendre à utiliser le gras comme source d'énergie est un mythe => Je ne vois pas en quoi (1) et (2) sont contradictoires. Bon ci-dessus j'ai reformulé pour préciser la pensée de mon poste d'hier. Et en fait là où en effet il peut y avoir contradiction c'est entre "il ne faut pas aller overboard" et "la néoglucogénèse via les protéines est un mythe". Et en fait, après lecture de quelques articles du site tuitnutrition entre autres, apparemment on peut consommer abondamment des protéines sans mettre en péril le fonctionnement métabolique par le gras. Là où je ne suis pas trop sûr c'est si un excès de protéines peut ralentir la fat-adaptation. Concernant le reste de ton poste: 70 gr de protéines, oui je suis d'accord que c'est probablement suffisant (je ne connais pas tes caractéristiques) 15-18 hrs de gym ça me paraît très propice à la sécrétion de cortisol (le contraire de ce qui est souhaité) et 1200-1400 calories ça me paraît être très faible pour supporter de tels efforts, la restriction calorique est un danger pour la perte de gras car elle entraîne une baisse du métabolisme. Le cardio apparaît être une erreur fondamentale dans le périple de la perte de gras, commise par la majorité des personnes (tout comme la restriction calorique abusive et son effet yo-yo). Là dessus d'après ce que j'ai pu lire il y a consensus dans le milieu du fitness. Bye-bye les cétones oui, je suis d'accord qu'en général consommation augmentée de protéines conduit à baisse de cétonémie. Mais après lecture sur tuitnutrition et autres, il ne faut probablement pas se focaliser sur les cétones. Et le seuil de cétose serait 0.5 mmol/L seulement. Et glycémie supérieure à 4.4 mmol/L parfaitement compatible avec un parfait métabolisme basé sur le gras. La néoglucogénèse n'est pas restreinte à l'usage des protéines, elle peut aussi utiliser le gras, et c'est un mécanisme demand-driven plutôt que supply-driven (la quantité de glucose généré par ce processus ne dépend pas des ressources disponibles mais du besoin). Pour expliquer pourquoi une quantité accrue de protéines fait baisser les cétones, il y a l'explication suivante. Le gras pour être brûlé en énergie a besoin d'oxaloacétate lequel peut être obtenu notamment à partir du glucose mais aussi des acides aminés des protéines (source: http://www.tuitnutrition.com/2017/09/measuring-ketones.html). C'est lorsque le gras n'est pas complètement brûlé qu'il y a un surplus de cétones dans le sang. C'est pour ça que quelqu'un de céto-adapté (ou fat-adapted) depuis longtemps pourra avoir une cétonémie très faible par rapport à lorsqu'il a débuté son régime céto. Conclusion: la cétonémie n'est pas un paramètre pertinent pour juger du succès d'un métabolisme basé sur le gras comme carburant. S'y attacher pour faire la pluie et le beau temps paraît être une erreur qui est dénoncée ici http://www.tuitnutrition.com/2017/09/measuring-ketones.html ou là http://www.tuitnutrition.com/2016/01/dont-be-a-ketard1.html. Les paramètres pertinents seraient davantage qualitatifs que quantitatifs et incluent notamment l'état de forme et l'énergie en absence de glucides, et la perte de masse grasse superflue.
  5. @bibou Oui j'ai clairement constaté la corrélation entre consommation de protéines et cétonémie, cela lors de mes premières semaines de céto. Mais au début c'était pas forcément un régime céto des plus exemplaires, je me gavais de fromages, rillettes et puis viandes. Maintenant, cf mon premier poste page 4, mon régime est très différent. Maintenant je me sens mieux, je ne sais pas si c'est grâce à cette nouvelle implémentation du régime céto, associée à une cétonémie plus haute, ou bien juste que mon corps a eu le temps de s'adapter. Car l'amélioration a été graduelle dans le temps. @Nina Je suppose que tu parles notamment de Stephanie Pearson comme coach US ayant une théorie bien plus stricte. Je pense que ce sont ses préceptes que la blogueuse française superketo promouvoit, et donc ceux que j'ai suivis depuis 4 mois. Mais là je recommence à augmenter un peu mes protéines car je pense que 25 gr par repas ça peut être trop faible si pas assez de repas dans la journée. Donc Stephanie Pearson est bien plus stricte que les pionniers de keto tels que Voleg ou Noakes, qui eux parlent de 0.5 mmol/L comme seuil. En parcourant un gros forum keto US je vois que c'est cette limite de 0.5 mmol/L qui est communément avancée et admise. Aussi une très grande part des spécialistes et diverses sources tendent à dire que la néoglucogénèse via les protéines est un mythe, dès lors que l'apport de protéine n'est pas abusif, et eux aussi parlent de 0.5 mmol/L. Donc la question vis-à-vis de ta santé et de ta sèche, la cause pourrait être, soit que tu n'es effectivement pas céto-adaptée ou bien alors tu es bien céto-adaptée mais ça n'est pas suffisant de l'être. Au final pour une sèche il faut brûler davantage que ce que l'on consomme, alors possiblement ton métabolisme peut être trop bas ou ton apport calorique trop important. Pour ma part, étant également intéressé par sécher un peu, je me dis que possiblement j'ingère trop de calories via les lipides au lieu de protéines qui potentiellement me caleraient davantage pour moins de calories. Pour la sèche, il me semble reconnu que les protéines sont très indiquées. Juste il ne faut pas aller overboard pour rester en mode énergétique lipide i.e. en cétose. Supposant que ton alimentation soit des plus pertinentes pour atteindre la céto-adaptation, il reste d'autres volets, notamment l'activité physique. Le coach Stephanie Pearson dit que l'une des conditions de céto-adaptation c'est l'activité physique. Celle-ci doit consister en des activités de type musculation plutôt que cardio. Plus précisément, ces activités doivent favoriser le gain de masse musculaire et la sécrétion de testostérone plutôt que de cortisol. La musculation et l'augmentation de la masse maigre permettent d'augmenter le métabolisme et les défenses immunitaires, et les activités de musculation baissent le cortisol et donc améliorent le sommeil. En fait, ce n'est pas que les activités cardios sont moins efficaces (on peut peut-être exclure le HIIT = activités cardio de type explosif), c'est qu'elles sont nocives. En effet, elles augmentent le cortisol et sont cataboliques (contribuent à la perte musculaire). Donc il faut privilégier des entraînements de musculation, mais pas n'importe lesquels, ceux qui sont courts et difficiles. La masse musculaire est un indicateur très pertinent pour caractériser la santé.
  6. Bonjour Anne, ci-dessus est-ce à moi que tu réponds? Peut-être que je produis davantage de cétones que toi, ou alors peut-être que je les brûle moins? Ou une combinaison des deux. Après les apports requis en protéines ça dépend aussi de la masse maigre. En fait dans mon premier poste j'ai dit que j'avais doublé mon repas sans doubler ma protéine et que ça n'avait pas vraiment comblé ma faim. Et que je n'étais satisfait qu'après avoir ensuite ajouté la deuxième part de protéine. Je pense que pour combler la faim, il n'y a pas qu'une seule dimension mais qu'il faille que le corps reçoive les diverses choses dont il a besoin. Ainsi, je ne suis pas sûr d'arriver à satisfaction/satiété juste en engloutissant des tablettes de beurre. S'il manque certains micronutriments ou macronutriments je pense que le corps nous le fait savoir d'où l'absence de satiété. Il me semble, j'ai pas vraiment approfondi cette question plus que ça.
  7. olivier

    Chrisdu84

    Bonjour, je suis également nouveau sur ce forum mais j'ai commencé céto il y a 6 mois et je me suis pas mal renseigné sur la question alors je peux t'apporter rapidement quelques éléments de réponse. Concernant ton relevé de glycémie à 64 mg/dL c'est donc dans la fourchette et je pense que d'autres seraient donc jaloux. Donc c'est probable que cette valeur ne signifie pas du tout une hypoglycémie inquiétante. D'autre part, en céto la glycémie ne doit pas être régulée par l'apport alimentaire en glucides mais par la néoglucogénèse, processus corporel qui synthétise du glucose à partir du gras, des protéines et autres (d'où l'intérêt en céto d'éviter l'excès de protéines). Il me semble qu'en céto, moins tu consommes de glucides mieux c'est, et ce dans tous les cas. Par contre concernant ton relevé de cétones à 0.7 mmol/L c'est effectivement un peu faible. Au fait, ces relevés c'est au réveil? Aussi il faudrait faire davantage de relevés pour s'affranchir un peu des diverses sources d'incertitudes qu'il peut y avoir (concernant l'appareil lui-même mais aussi les circonstances de ta mesure: ton état, etc). Baisser suffisamment les glucides permet en théorie d'augmenter les cétones (dès que les réserves de glucose et de glycogène dans les muscles et le foie sont épuisées, le corps panique un peu et démarre la production de cétones). Au fait, lors des premiers jours, as-tu eu une "grippe cétogène"? C'est à dire une sensation de faiblesse au quotidien. Car au début le corps sans glucide ne sait pas où trouver son énergie. Sinon un moyen d'augmenter ses cétones c'est simplement de ne pas manger (jeûn intermittent) mais apparemment ça n'est pas vraiment conseillé au début en phase de céto-adaptation (il vaut mieux le bombarder de gras pour qu'il comprenne que c'est son fuel désormais). Le corps mets du temps à apprendre et il faut 5-6 semaines pour qu'il ait vraiment appris à fonctionner à partir des cétones (du gras) plutôt qu'à partir du glucose (des glucides): on parle de céto-adaptation. C'est à dire que le corps sait utiliser/brûler les graisses pour obtenir son énergie. Donc en fait le ou les premiers mois je vois ça plutôt comme une période transitoire où l'important est de changer le fonctionnement de son organisme, et où le challenge est donc de se céto-adapter. Ensuite, une fois qu'on a une machine brûleuse de graisse, la perte de masse graisseuse devrait advenir tout naturellement je pense. Mais sinon dès le début (après épuisement sous quelques dizaines d'heures des réserves glucidiques) on devrait avoir des cétones élevés. Moi de mémoire j'avais pas eu de difficulté à atteindre la fenêtre avec des valeurs genre 2.0 mmol/L. Après apparemment il y a une variabilité entre individus, mais 0.7 mmol/L ça m'a l'air qu'il y a peut-être un problème. Après apparemment l'un des pièges est de ne pas consommer suffisamment de lipides (de gras). Contrôles tu tes macros (pourcentages de lipides, protéines, glucides) et si oui quelles sont elles? Olivier
  8. @Anne [Lundi à 18:12] Merci pour ton retour. Concernant la glycémie en régime cétogène, j'ai parcouru encore un peu les forum cétovores et j'ai bien l'impression qu'avoir au delà de 4.4 mmol/L n'est pas vraiment une exception. Dans mon premier poste je faisais allusion à cette vidéo https://www.youtube.com/watch?v=_6HCUVjYSSQ où sont discutées les fenêtres optimales pour glucose et cétones et où l'on parle d'une fenêtre de 4.4-5.5 mmol/L pour le glucose. Concernant la quantité maximale de protéines en une prise, en effet je retrouve ces chiffres de 30-40 ou 30-50 gr au delà desquels les protéines ne sont plus synthétisées ou quoi. Cependant, la conséquence logique est qu'il faudrait plusieurs prises alimentaires par jour pour avoir un apport suffisant en protéines. C'est à dire qu'il ne serait pas possible d'avoir suffisamment de protéines en ne faisant qu'un repas par jour? Quid du jeûne intermittent où l'on est amené à n'avoir que 2 voire 1 repas par jour? Quid de l'ère pré-agricole où les chasseurs cueilleurs n'avaient pas 3 repas par jour et pour compenser ne se contentaient pas d'une maigre pièce de 150 gr de viande lorsqu'ils revenaient les bras pleins de la chasse? A noter que cette théorie de limite à ~40g de protéines par prise explique pourquoi les bodybuilders étalent leur apport alimentaire sur au moins 6 repas dans la journée. Pourtant, des études menées sur les bodybuilders ont apparemment montré qu'un tel étalement ne faisait aucune différence versus absence de celui-ci à quantité de protéine fixée. Hier avant de dormir j'ai pris ~55 gr de protéines car j'en ressentais le besoin et au réveil mes relevés étaient gly: 4.9 mmol/L, cét: 2.9 mmol/L. @Anne [Mardi à 00:29] L'appareil précédent me donnait le même genre de résultat, oui. J'étais au plus souvent dans la fourchette 4.4-5.5 mmol/L pour le glucose. @Nina [Mardi à 09:42] Merci pour ton retour d'expérience. Est-ce que tu es sûr de ne vraiment pas être céto-adaptée? Après 4 ans de stricte application... Pourquoi crois-tu ne pas l'être, à cause de tes taux sanguins ou à cause de ton état de santé et ton énergie au quotidien? Tu dis que l'adaptation suivant ces normes est assez exceptionnelle. Peut-être que lesdites normes ne sont pas correctes? Car comme tu le dis, d'autres disent qu'une glycémie au délà de 4.4 mmol/L ne veut pas dire qu'on n'est pas en cétose. Et d'autre part, comme Anne le dit et comme témoigné sur la toile, à mesure qu'on est céto-adapté les cétones sont davantage brûlées et donc les taux sanguins baissent. Dans la vidéo du lien ci-dessus ils parlent de 0.5 mmol/L comme seuil de passage à la cétose. D'autre part tu dis ne pas avoir faim, n'est-ce pas la but du cétogène que d'éliminer les fringales associées aux pics de glycémie? De mon point de vue, ne pas être dérangé par la faim ça me va très bien. Aussi, contrairement à toi, je trouve très facile de consommer des protéines. J'ai vraiment l'impression que j'en ai besoin et qu'elles contribuent beaucoup à atteindre la satiété. Concernant ma consommation de gras, je ne la mesure pas: comme décrit dans mon poste initial, seuls les assaisonnements constituent mes apports en gras, hormis avocats, olives et gras de la viande. Mais j'assaisonne la quantité adéquate pour qu'au goût ça ne soit pas sec. Et en fait mes légumes sont en grande quantité et volume, ce qui fait que la quantité de gras est plutôt importante je pense. Concernant l'histamine et la résistance à l'insuline, je ne suis pas familier avec la première et vraisemblablement pas concerné par la deuxième. Ce que je peux dire, c'est qu'il me semble que manger peu et donc priver son organisme entraîne une baisse du métabolisme et le stockage sous forme de graisse des apports alimentaires, ce qui est le contraire d'un organisme brûleur de graisse. Je pense que la définition de la céto-adaptation (keto-adapted ou fat-adapted) c'est d'avoir un organisme brûleur de graisse. Pour ma part, je suis conscient que pour la faciliter je devrais faire du resistance training (en d'autres termes, de la muscu) - le problème du cardio étant que c'est catabolique et fait grimper le cortisol. Je viens de commander du matériel de muscu (barre de traction, gilet lesté pour pompes) et ainsi on va voir comment mon corps est capable de trouver son énergie. A noter qu'il est communément admis que la masse musculaire favorise la force du métabolisme et du système immunitaire, et que c'est un indice bien plus pertinent que le BMI (indice de masse corporelle). @bibou [Mardi à 11:15] J'ai lu que les valeurs de glycémie et de cétonémie données par les lecteurs sanguins sont sujettes à des incertitudes bien au delà des variations que tu mentionnes. Concernant la céto-adaptation, la cétose et l'apport en protéines, j'ai posé la même question que toi et à ma connaissance oui la quantité de protéine a son importance. J'aurais tendance à dire que dès que l'organisme a compris qu'il faut se servir du gras car il en a à profusion alors les protéines ne sont pas utilisées pour la néoglucogénèse et l'organisme fonctionne bien aux cétones. Ainsi dans son alimentation il faudrait faire attention au rapport lipides sur protéines, je viens de lire qu'il devrait être au moins supérieur à 2 (en termes de grammes). Au début de mon régime céto, je consommais beaucoup de viande et de fromage et ma glycémie était à peu près comme aujourd'hui mais par contre ma cétonémie étant bien moindre (aux alentours de 0.5 mmol/L, parfois un peu plus). Personnellement, les premiers jours de diet cétogène pour moi ont été difficiles, passer la journée était difficile. Donc j'ai eu cette keto flu. Et en fait, cela a pris graduellement son temps pour que mon bien-être et mon énergie se redressent. Et conscient que l'excès de protéines pouvait être un frein à la céto-adaptation et donc pouvait être la raison de pourquoi mon bien-être n'était pas satisfaisant, j'ai décidé de réduire drastiquement les protéines selon les recommandations données par la bloggueuse "superketo", à savoir max 25 gr de protéines par repas et 75 gr par jour, ainsi que d'éliminer les aliments inflammatoires et avec protéine de type caséine, donc le fromage et les noix. Maintenant mes repas ressemblent à une plâtrée de légumes "verts" low-carb assaisonnée de gras et accompagnée d'une protéine de taille raisonnable. @Pierre8r [Mardi à ~19:00] Donc le jeûne aurait privé ton organisme qui aurait alors favorisé le stockage plutôt que le brûlage de graisse? Depuis combien de temps fais-tu céto et penses-tu être céto-adapté maintenant? C'est dommage d'augmenter sa masse grasse alors que le but de kéto c'est en général l'inverse. @bibou [Mardi à ~19:00] Pour ma part, avant de faire céto, le midi avant de manger mon corps était froid (par exemple, j'avais les mains froides) car je suppose en mode métabolisme lent pour accommoder le manque de sucre dans le sang, et après manger mon corps redevenait chaud. Et effectivement, l'après-repas s'accompagnait d'une relative léthargie. Je pense que c'est le cas pour la majorité des gens. Par contre, en céto, le fait de prendre mon repas céto en début de diet cétogène ne me permettait plus de retrouver les mains chaudes après avoir mangé. Maintenant que je pense être davantage céto-adapté, la logique voudrait que mon métabolisme soit haut et que mes mains ne soient jamais froides. Pour moi c'est un signe important à considérer mais peut-être que je me trompe. Mais bien que depuis quelques temps je n'ai plus vraiment le corps froid, c'est peut-être dû à la chaleur du printemps/de l'été. A voir. Comme dit plus haut, un écart de 7 mg/dL c'est pas très significatif, j'ai pu lire ci et là une marge d'erreur de l'ordre de 20% pour les mesures sanguines.
  9. Bonjour, je fais keto depuis 6 mois, au début je mangeais trop de protéines et trop de fromage. Depuis 4 mois, j'ai descendu mes apports en protéines et supprimé le fromage. Mes relevés de cétones se sont ainsi améliorés: j'étais vers 0.5 mmol/L et c'est remonté vers 1.5-2.0 mmol/L. J'ai arrêté de relever mes taux sanguins car j'étais à court de bandelettes et celles-ci ne sont pas faciles à obtenir pour mon lecteur américain keto-mojo. Depuis 1 semaine j'ai reçu un nouveau lecteur (On Call GK Dual) et j'ai donc repris les mesures. En moyenne j'obtiens à jeun: gly: 5.0 mmol/L cét: 2.0 mmol/L J'ai également fait quelques relevés ~1h après repas et je ne constate pas de saut de glycémie, mon max a été 5.9 mmol/L (et pour le même relevé, 1.0 mmol/L de cétones). D'autres de ces relevés après repas me donnent des taux similaires aux taux à jeun. Voilà donc ce poste c'est pour discuter du fait que ma glycémie n'est pas dans la fenêtre 3,3 - 4,4 mmol/l donnée par l'auteur du topic. Depuis 4 mois, mon alimentation est très simple et est constituée de la manière suivante: 2 ou 3 repas par jour, confectionnés comme suit: 1) grande quantité de légumes pauvres en glucides 2) assaisonnement avec huile ou beurre 3) pièce de protéines n'excédant pas 25 gr de protéines Je ne bois que de l'eau. Je mets parfois un peu de sel, et herbes, etc. Contrairement à beaucoup d'entres vous probablement, je ne suis pas forcément un passionné de la cuisine, je cherche simplement un moyen efficace de prendre soin de ma santé et manger sainement. Voici donc les aliments que j'utilise pour ma cuisine cétogène très simple: 1) légumes: 3 repas type: 1-a) épinards+beurre 1-b) concombres 1-c) salade composée de: haricots verts, tomate(s), avocat (optionnel), champignons, olives (optionnel), salade verte 2) assaisonnement, pour 1-b) et 1-c) : principalement: huile d'olive, huile de noix, huile de lin parfois: huile de noix de coco, huile de macadamia, huile d'avocat 3) protéines: 3-a) thon en boîte (avec huile d'olive vierge extra) 3-b) crabe 3-c) pièce de boeuf, souvent entrecôte 3-d) parfois: pièce de porc ou d'agneau Pour 3-c) et 3-d), cuisson avec graisse de canard. Donc à noter que mes repas sont espacés d'au minimum 5 heures, j'en prends 2 ou 3 par jour, et pour chaque repas la protéine 3) ne dépasse pas 25 gr. La question c'est quid de mon taux de glycémie de 5.0 mmol/L qui n'est pas dans la fenêtre 3,3 - 4,4 mmol/l. Concernant mon métabolisme: Homme, 31 ans, 181 cm, 75 kg, pourcentage masse graisseuse je dirais vers 15%. J'ai toujours été plutôt mince mais pas vraiment frêle. Toujours été mince bien qu'engloutissant des quantités pharaoniques aux repas de famille (ère pré-keto). Normal, vu que typiquement par exemple ledit repas était un dîner qui arrive 9h après un maigre déjeuner où je n'avais pas faim. Tout ça aussi pour dire que je vivais généralement sans snaker et que je pense mon corps est entraîné à vivre sur ses réserves. Plutôt sportif dans le sens que: au foot, je suis capable de courir après un ballon comme un mort de faim pendant 1h30. Ma masse musculaire est moyennement développée, je n'ai pas fait beaucoup de muscu dans ma vie. En ce moment, depuis le confinement, je ne fais pas du tout de sport. De ce que je me souviens de l'époque où j'utilisais keto-mojo (il y a 4 mois) et où j'avais déjà ce type d'alimentation sans excès de protéines, lorsque je jeûnais un peu mes cétones augmentaient et ma glycémie baissait un peu. Il est vrai que je n'ai jamais jeûné trop longtemps, mais je parvenais à atteindre 4.4 mmol/L de glycémie. Mais il m'était difficile d'obtenir moins. Je parle de jeûnes d'une vingtaine d'heures. Donc tout ça pour arriver à la question que je me pose: d'où vient cette fenêtre théorique de 3,3 - 4,4 mmol/l ? Sachant qu'elle n'est pas partagée par tous les cétovores, comme je pense vous le savez (par exemple les vendeurs de keto-mojo donnent une fenêtre de 4.4 - 5.4 mmol/L). Est-ce donc un dogme? Quels éléments justifient cette fenêtre? N'êtes vous pas nombreux sur ce forum à galérer à atteindre cette fenêtre? (j'ai pu lire en diagonale quelques postes du forum) Et si la chasse à la fenêtre était un faux objectif? Personnellement, mon objectif c'est d'être "fat adapted", c'est à dire que mon corps brûle le gras corporel en l'absence d'apport alimentaire, de sorte d'avoir constamment énergie et vitalité, sans dépendre d'un apport alimentaire régulier. Et ce faisant, ne pas ressentir une faim dérangeante. En bref, pouvoir être opérationnel et en forme avec métabolisme haut sans prise alimentaire récente. J'avais réduis mes protéines pour éviter la néoglucogénèse et rentrer dans la fenêtre 3,3 - 4,4 mmol/l mais là j'ai l'impression que j'en aurais besoin de plus. En effet: Je pense qu'il faut écouter son corps et par exemple hier soir j'avais encore faim alors j'ai doublé mon repas mais sans ajouter de protéine supplémentaire (j'ai refais 1) et 2) mais sans 3) ) car ne voulant pas sortir de la cétose. Malgré cette double portion de légumes+gras, ma faim n'était toujours pas vraiment comblée et j'avais la sensation qu'il me manquait quelque chose, et mon cerveau cherchais quoi manger dans le garde-manger. Je pense que ma consommation en protéines des derniers jours avait été trop faible. J'ai donc décidé de vraiment doubler mon repas, en mangeant donc la pièce de protéine 3), en l'occurrence une boîte de thon à l'huile d'olive pour 25 gr de protéines. Apparemment bonne décision, car après ça j'étais enfin satisfait. Conscient de consommer ~50 gr de protéines dans une fenêtre de ~2 heures, j'ai fait des relevés sanguins avant et après cette boîte de thon: avant: gly 5.1 cét 2.0 après: gly 4.8 cét 1.8 Et le lendemain: gly 5.0 cét 2.3 J'espère que vous avez des éléments pour éclaircir cette problématique du taux de glycémie et de l'apport en protéine, vis-à-vis de la cétose et de la céto-adaptation. Après lecture de sources diverses et variées, je ne pense pas qu'il y ait consensus au sein de la communauté céto sur cette question. Merci, Olivier
×
×
  • Créer...