Aller au contenu
Forum-cetogene.com

DANIELLE DUBUS

Membres
  • Messages

    8
  • Inscription

  • Dernière visite

Popularité sur la communauté

5 Neutre
  1. Donc puis-je en conclure que si l'analyse de la bandelette en cétonémie est négative, c'est que l'organisme aurait utilisé tous les corps cétonique ?
  2. Merci Anne c'est un réel plaisir que de vous lire car ce que vous me dites et si important. A l'appel de Yéléna sur sa page face Book, pour une journée de jeûne sec dimanche, je pense que je vais y participer. J'envisage, selon la réaction de mon organisme, d'enchaîner pour un jeûne mais hydrique selon vos conseils judicieux. Je verrai bien combien de jours je pourrai faire. Pour une "Première" je serai heureuse si je dépasse trois jours pour atteindre 5 jours hydriques. C'est mon corps qui va me guider et je ne forcerai pas si je vois que c'est problématique. Comme vous le dites, aller pas à pas... Nina est elle aussi de bons conseils et à vous deux vous me donnez beaucoup d'espoir ! Merci infiniment à vous deux vous êtes si gentilles... Vous ne savez pas à quel point cela me fait du bien de rencontrer, même si c'est via internet, des personnes comme vous dont je sens tant d'empathie à travers vos écrits. Quand bien même nous sommes dans le virtuel vous et moi n'en sommes pas moins des êtres vivants en chaire et en os dans la réalité et ça se sent ici... Bises affectueuses à vous deux et qu'une bonne étoile veille sur vous et vos conjoints, votre famille... Danielle
  3. merci ! merci Anne pour ces informations précieuses. Je vais suivre vos conseils. J'avais envisagé un jeûne sec car il est précisé qu'il est très efficace et évite, comme pour un jeûne hydrique, de faire de nombreux jours de jeûne. Il est précisé aussi que les résultats seront les mêmes avec un jeûne hydrique. J'ai lu effectivement que le jeûne ne répare pas toutes les cellules et qu'il en faut plusieurs. C'est vers cela que je me dirige. Par contre je ne sais pas combien de temps de pose entre chaque session de jeûne. Pouvez-vous me donner une idée de ce délai ? Si je comprends bien, vous me conseillez de faire un jeûne hydrique ? Je vais donc suivre vos conseils, au moins pour ce premier long jeûne que je vais faire "hydrique", car j'espère, et je m'y suis préparée, aller au-delà de 5 jours. Si tout va bien les premiers jours, je verrai jusqu'où je peux aller. Il est bien évident que je ne prendrai pas de risques car je ne veux pas me retrouver inerte et sans énergie dans mon lit au risque de mettre plusieurs semaines, voire plusieurs mois, à reprendre des forces. En ce qui concerne le risque mortel, cela ne me fait pas peur car je n'ai plus envie de vivre dans ce monde pourri, j'ai une grande blessure avec le suicide de mon fils en 2011, et je ne veux pas être témoin du malheur qui attend mes petits-enfants et arrière-petit-enfant (né le 23 janvier). Rassurez-vous, j'ai une pêche d'enfer, un moral d'acier, mais je suis juste lucide et aimerais ma vie s'arrête. Comme cette attente peut être longue, je préfère faire tout pour être en bonne santé, dynamique et joyeuse afin d'aider mon entourage par mon courage et ma joie de vivre (malgré ce monde de brutes) et bichonner mon époux qui est un véritable bon doudou ! LOL ! vous choquerais-je si je vous demande votre âge ? vous avez droit au Joker ! LOL ! J'aime vous lire car vos propos, votre style d'écriture, reflète une bienveillance et une bonté qi me réchauffe le coeur... et je me fais l'idée que vous n'êtes pas une petite jeunette... quoique pourquoi pas car comme la célèbre réplique : "la valeur n'attend pas le nombre des années", Bien affectueusement à vous Danielle Je
  4. Merci Anne pour cette réponse pleine de bon sens. Effectivement, je me suis posée la question sur le problème des reins (mon époux m'a d'ailleurs posé cette question pour les reins lorsque l'on reste sans boire plusieurs jours. Je n'ai pas pu encore me faire une idée précise du côté pour ou contre car en fait on trouve tout et son contraire. Pourtant, me semble-t-il, il y a beaucoup de personnes qui pratiquent le jeûne sec dans ce que je peux lire sur la page face Book du groupe de Yéléna Citor. Ils postent tous des résultats positifs et intéressants sur leur expérience du jeûne sec. Ce qui m'inquiète vraiment, c'est que le jeûne, et particulièrement le jeûne sec, n'apporte pas forcément les résultats escomptés et que certains n'ont pas vu de changement profond et disparition de certaines pathologies. Ceci me fait peur car c'est mon seul espoir de réparer sur le moyen terme, par des jeûnes courts (5 jours secs), quelques pathologies et surtout la DMLA... La médecine conventionnelle a carrément déclaré forfait ! Mais vous avez entièrement : purdence, douceur, amour et prendre sont temps tout cela pour ménager notre corps... Bien cordialement à toi Danielle
  5. Chère Nina, Merci infiniment Nina pour toutes ces informations et explications d'une rigueur et d'une cohérence incroyable. Je vous remercie également pour la bienveillance et la compréhension que je ressens à travers votre écriture. J'ai bien lu vos conseils mais cependant, je ne puis me résoudre à faire une descente alimentaire car j'en ai eu une trop mauvaise expérience pour mon premier essai. Et puis, tout en comprenant et acceptant totalement la position des russes sur la façon de jeûner, peut-être que celle de la cure cétogène à l'opposé de leurs pratiques, n'est rien moins d'autre qu'une autre façon. En tout cas, je vous demande de me pardonner mais je désire faire l'essai de jeûner après ma cure céto. C'est après tout une expérience à tenter et si je sens que cela devient disons problématique, je saurait m'arrêter. Vous écrivez et me proposez que vous pourriez rechercher si l'une de des conditions de ma santé tombe dans les catégories prescrites. Qu'entendez-vous par là. En ce qui me concerne ce qui me pose problème c'est mon âge et le fait que je sois obligée de prendre chaque jour un cachet de lévothyrox car ma thyroïde est morte et il me semblait que durant un jeûne il ne fallait prendre aucun médicament chimique et même naturel. (maladie contractée suite au nuage de Tchernobyl...) J'ai été soignée à l'époque à l'iode radioactive et j'ai su bien plus tard que ma thyroïde était morte à cause de ce protocole...) Pour ce qui est de Yélena Citor, j'ai lu son ouvrage "le pouvoir du jeûne" qui m'a aidée à entrer dans la connaissance de ce domaine que j'ignorais. De plus c'est devenu un ouvrage de référence cité ici et là sur le net. Enfin, Yelena a pratiqué plusieurs forme de jeûnes, plus ou moins long, et prouve qu'elle a une expérience qu'elle peut partager. Sur sa page face Book, pour résumer, elle précise souvent que c'est son expérience et qu'elle partage ses ressentis pour aider mais que chacun va réagir différemment selon son organisme et sa façon de vivre. Elle est très mesurée et je trouve (pardonnez-moi) que vous êtes un peu dure envers elle. Bien évidemment elle ne prétend pas avoir la science infuse. Amicalement Danielle
  6. @Nina, @Pierre8r, @lorea, @Anne, Merci tout plein pour vos réponses détaillées. Je comprends bien et accepte vos réticences en fonction de mon âge, concernant le jeûne sec que je veux réaliser. Je choisis le jeûne sec parce que le temps de jeûne est moins long qu’un jeûne hydrique qui nécessite plus de temps. Le jeûne sec est présenté par Yéléna Citor et Thierry Casasnovas comme étant très efficace et ne nécessitant pas plusieurs semaines. Cependant, ce que vous m’expliquer me présente le jeûne comme très difficile, périlleux, voire dangereux ! Pourtant le jeûne me semblait beaucoup plus simple. Certes, je suis conscience qu’il y a ou peut y avoir des risques, mais je suis prête à les prendre. Plusieurs raisons de santé me poussent à effectuer deux ou trois jeûnes secs. D’une part, j’ai une certaine dégénérescence des cartilages au niveau des genoux. J’ai de l’arthrose à éradiquer, de la calcification à l'épaule, etc. et, d'autre part, surtout, une dégénérescence maculaire (DMLA). Je n’écris pas, volontairement, « liée à l’âge » car c’est une fausse idée véhiculée par les industriels de la médecine. Certes, elle survient à partir d’un certain âge chez les seniors, mais elle n’est que le résultat de facteurs autres qu’une dégénérescence qui atteindrait uniquement les seniors. D’une part, il y a notre alimentation, qui même bio, peut être délétère par méconnaissance diététique (et je ne parle pas des produits issus des cultures intensives et des produits transformés (même bio). Celle-ci provoque cette maladie métabolique, et qu’on arrête de me dire qu’elle est héréditaire ! C’est encore une solution de facilité trouvée par les instances concernées pour se défausser ! D’autre part, il y a notre environnement pollué (air, eau, productions potagères, etc.) qui participe à l’installation progressive et lente de cette dégénérescence de la macula qui se développe petit à petit pour atteindre les seniors. Au final la DMLA est une maladie métabolique de notre société et non héréditaire. La mienne est la version dite "humide", j'ai de la chance si je puis dire... La DMLA dite sèche est inéluctable et conduit à la cécité complète d'après ce que j'ai lu J’espère donc, par des jeûnes secs répétés que l’organisme agira et apportera une amélioration de cet état qui me mène progressivement vers une semi-cécité. Certes, comme le précise Yéléna, l’organisme ne va pas forcément agir sur ma DMLA, il a peut-être d’autres priorité et c’est avec des jeûne répétés qu’il pourra terminer son travail de régénération. Thierry Casasnovas a publié plusieurs vidéos à ce sujet sur youtube fort explicatives et prometteuses. En tout cas, je veux y croire car c’est le seul espoir de m’en sortir ! Ce n'est pas la médecine conventionnelle qui va me "guérir" ! Si cela ne marche pas, il sera hors de question d’être assistée en permanence pour toutes les petites tâches quotidiennes et autres… Je mettrai alors en place une autre solution, plus radicale celle-là… car finir dans un EPAD, non merci ! Envisager un jeûne supervisé dans un centre est pour notre budget totalement inaccessible car beaucoup trop coûteux et pourtant ce serait la solution idéale ! C’est pourquoi j’envisage cela en « solo » ! Et si c’est difficile j’y suis prête. Lors de mes deux essais de trois jours, l’un hydrique, l’autre sec, je n’ai pas vraiment souffert de la sensation de faim et de soif. D’ailleurs je bois très peu dans la journée depuis des dizaines d’années. Mon seul grand souci c’est d’être obligée de prendre le cachet de lévothyrox tous les jours car ma thyroïde est morte et la crainte d’être en grande faiblesse. Je pourrai toujours consulter mon médecin généraliste pour des contrôles réguliers de glycémie. D’ailleurs à ce sujet, vous m’expliquer qu’il faut bien s’hydrater, c’est-à-dire boire, Le régime cétogène préconise 1 litre et demi par jour. Selon ce que j’ai pu lire au cours de mes lectures et entendu par Thierry Casasnovas, les minéraux y sont « morts » c’est-à-dire non bio disponibles pour l’organisme. Les seuls minéraux reconnus et bio disponibles sont ceux apportés par notre alimentation en fruits et légumes. De plus l’eau que nous buvons n’est pas hydratante mais drainante. Donc elle ne fait que « passer » entraînant avec elle des toxines et autres petites choses pas bien sympathiques et lorsque nous en buvons trop elle draine alors les minéraux de nos cellules. L’eau destinée à hydrater nos cellules et celle contenue dans les légumes et fruits que nous consommons, eau d’ailleurs qui contient les minéraux bio-disponibles. En fin de compte on lit tout et son contraire. Quelle est la bonne information ? qui se trompe. Il est dit par ailleurs qu’à partir du moment où une eau est mise en bouteille, elle perd vie rapidement. Avez-vous eu connaissance de tout cela ? Qu’en pensez-vous ? Pour ma part je trouve ces informations logiques et cohérentes… C'est pour toutes ces raisons que j'ai posté ici cette sorte d'appel à l'aide, pour avoir des avis de personnes rompues au jeûne et au cétogène, pour essayer de prendre la ou les bonnes décisions. Mais ce que vous me dites avec beaucoup de bon sens me désespère un peu plus. Vu mon âge, le jeûne est risqué sans superviseur... et même avec une supervision dans un centre... le sera-t-il tout de même... ? Voilà, j’espère avoir répondu à toutes vos questions, avoir bien compris vos explications et je vous remercie vivement.de partager pour moi votre savoir dans le domaine et vos expériences Bien amicalement à vous
  7. Merci Pierre pour ces précisions importantes. En fait, j'ai essayé par deux fois de jeûner. La première fois je n'ai tenu que 3 jours en sec, la seconde fois pareil mais en jeûne hydrique. Les deux fois j'étais dans un état de grande faiblesse et je n'ai pas continué. L'erreur était d'avoir fait une descente alimentaire ! Peut-être étais-je en Hypoglycémie ? Maintenant je me prépare avec une montée alimentaire avec le régime cétogène. Je retiens volontiers votre idée de supervision à laquelle j'ai déjà pensé, le problème c'est le coût. Nous avons une petite retraite et être supervisée m'a paru d'un coût vraiment important... En ce qui concerne les lectures, j'ai acheté plusieurs ouvrages de référence et j'ai lu... lu... lu... jusqu'à finalement ne plus savoir quoi faire car cela m'a ouvert un tas de questions auxquelles je n'ai eu aucune réponse... Merci encore Pierre et bon courage à vous ! Cordialement Danielle
  8. Bonjour, ayant une DMLA (73 ans), je suis nouvelle dans le cadre du régime cétogène et du jeûne en général. Il y a urgence pour moi de parvenir au jeûne sec car la DMLA galope... galope... Cela fait maintenant que je me débrouille comme je peux pour réaliser la cure cétogène. Je m'aide avec les commentaires sur la page de Yéléna Citor sur Face Book et avec le livre : le grand livre du régime cétogène. J'avoue que cela me semble compliqué à comprendre et à mettre en place. Les questions de mesures et de poids des lipides, proteines et glucides sont difficiles pour moi à mettre en place. Donc je me débrouille comme je peux. Cela fait maintenant environ deux semaines que je fais cette cure. Je ne ressens pas les symptômes décrits pour l'arrivée en cétose. Puis-je tout de même commencer lundi 10 par exemple, un jeûne sec de 5 jours avec une pause (combien de semaines de pause) et refaire un second jeûne de 5 ou 8 jours, puis à nouveau une pause ? Je suis quelque peu perdue dans tout cela, quelle bonne décision prendre. Bon, si j'étais un nounours qui va hiberner ce serait simple : pas besoin de peser, de compter, juste emmagasiner des bonnes graisses pour tenir jusqu'à mon réveil ! Puis-je envisager cette solution de facilité : emmagasiner des graisses et protéines sans me prendre la tête ? Merci aux praticiens ou pratiquants qui pourront m'aider car j'ai réellement besoin d'aide Danielle
×
×
  • Créer...